Le recueil de Francfort (1764)

 

Quoiqu'il ne contienne que des chansons (et autres textes) que nous connaissons par ailleurs, il nous semble intéressant de mentionner ce recueil francophone rassemblé par Friedrich Wilhelm Möhler (qui fut Grand Maître provincial de 1768 à 1770) et publié en 1764 par la prestigieuse Loge francfortoise Zur Einigkeit (L'Union). Aucune référence d'air n'y est mentionnée.

Cette Loge, créée par La Tierce dès 1742 et dont furent membres notamment Uriot, Steinheil, Liszt et l'éditeur Varrentrapp, est toujours active.

Elle publia également plus tard (en 1782 avec 7 lieder, réédité en 1784 avec 6 lieder supplémentaires) un recueil, non plus en français (qui était la langue de la Loge à sa fondation) comme celui-ci, mais en allemand.

 

En voici la table des matières. 

Pour les chansons dont il existe plusieurs versions, c'est souvent celle du recueil de la Veuve Jolly qui est recopiée.

Titre

Incipit

page
Portrait fidèle d'un vrai franc-maçon

Ne point présumer de soi-même

1

Acrostiche Former sur la vertu 2
Chanson des Apprentifs Frères et Compagnons de la Maçonnerie 3
Chanson des Loges Angloises traduite de l'Anglois Maçons dans ce jour chantons tour à tour 7
Suite de la Chanson des Apprentifs sur un autre Air Frères et Compagnons de cet ordre sublime 10
Chanson des Compagnons Art divin l’Etre suprême 14
Chanson des Surveillans Adam à sa postérité 16
Chanson des Maîtres Tous de concert chantons à l’honneur de nos Maîtres 21
Chanson qu'un Franc-Maçon peut chanter à table & hors de la Loge, par le Frère de la Tierce Noé maçon très vénérable 24
Chanson Quel est ce monde enchanté 26
Chanson Dans nos Loges nous bâtissons 31
Chanson Par trois fois trois mes Frères chantons avec éclat 34
Chanson Aprentifs, Compagnons et Maîtres 39
Chanson Frères que des plus doux accords 42
Chanson Accordez nous votre suffrage 45
Chanson Il m’est donc permis mes chers amis 48
Chanson D'une innocente vie qui veut remplir le cours 50
Chanson Dans ce banquet délicieux une suprême intelligence 55
Chanson La lanterne à la main 58
Chanson Maçonne-Mopse Tous les plaisirs de la vie n'offrent que de faux attraits 61
Marche des francs-maçons Accourez tous maçons venez tous 65
Pour boire à la Santé du Très Vénérable. troupe chérie troupe aimable buvons à notre vénérable 66
Air Les plaisirs sont peu durables 67
Air Jadis tu chansonnais si bien 69
Autre air Dans ce doux et charmant festin 72
Marche La main aux armes frères 73
Air Puisque cet air plaît à la ronde 75
Autre air Du moindre rang au diadème 77
chanson Les plus beaux talents de la vie 80

Retour au sommaire XVIIIe :

Retour au sommaire du Chansonnier :