L'amour, outré de colère ... 

  En cliquant ici (midi) ou ici (MP3), vous entendrez l'air 314 de la Clé du Caveau

Cette chanson provient (pp. 111-2 d'une édition 1787) du Recueil de Cantiques du Manuel des franches-maçonnes. On la trouve aussi, sous le titre Cantique pour les Loges d'Adoption (pp. 65-6), au recueil d'Honoré, qui en donne comme auteur (mais sans préciser lequel) un Frère Quillau.

Le thème de la chanson est celui, classique en Loge d'Adoption, de Cupidon maçon. On comparera avec intérêt ce gracieux marivaudage avec la lourdeur de certains textes qui, comme celui-ci, traitent au début du siècle suivant d'un thème apparenté.

On retrouvera la même chanson en 1806 dans le recueil d'Eleusine (pp. 7-8).

Dans toutes les éditions mentionnées, l'air indiqué est l'Amant frivole et volage. Voir ici à propos de cet air.

La chorale Lefébure, colonne d'harmonie maçonnique vivante et interobédientielle tourangelle, a inscrit cette chanson à son répertoire, dans un arrangement à deux voix réalisé par le Frère O, qui l'a aimablement mis à notre disposition afin que nous puissions en faire profiter d'autres amateurs : vous pouvez accéder au PDF de cette partition en cliquant ici.

COUPLETS.

 

Air : L'Amant frivole et volage.

 

L'amour, outré de colere,
De voir déserter sa cour,
Un matin, dit à sa mere :
Je quitte votre séjour ;
Je renonce à cet empire :
Tout y méconnaît ma voix.
Quoi ! faut-il qu'un Dieu soupire,
Quand il peut donner des loix ?

 

L'amitié, répond sa mère,
Vient de rassembler ses soeurs ;
Pour les Maçons de Cythere
Ce jour a mille douceurs.
Ah ! d'une chaîne si belle ,
Mon fils ne sois pas jaloux :
L'arnitié toujours fidèle
Se rirait de ton courroux.

L'amour devint plus tranquille,
Et dit en baissant la voix :
L'amitié me rend docile,
Je brise flèche et carquois ;
Et pour profiter, ma mère,
De votre tendre leçon,
Je jure d'être bon frère,
Si l'on me reçoit Maçon.

 

Voulez-vous l'amour pour frère ?
Répondez, charmantes soeurs :
Son but est de vous plaire
Et de captiver vos coeurs.
Ah ! si, par votre suffrage,
Il obtient cette faveur,
Du Dieu qui vous rend hommage
Vous fixerez le bonheur !

Retour au Manuel des franches-maçonnes :

Retour au recueil d'Honoré :