Fête d'Adoption à la Bonne-Union (Paris 1836)

 

On sait qu'après avoir retrouvé un certain lustre sous l'Empire, les Loges d'Adoption s'éteignirent progressivement au cours du XIXe siècle. Mais on en trouve quand même quelques manifestations, souvent sous forme d'événements à caractère mondain, destinés principalement à relever le prestige de la Loge organisatrice, comme en 1819, et en 1828 à La Clémente Amitié.

C'est sans doute aussi le cas de cette Fête d'Adoption du 24 septembre 1836 à la Loge parisienne de la Bonne-Union, laquelle est manifestement très flattée de proclamer qu'elle s'est tenue en présence et avec le concours de Notabilités Maçonniques du Grand Orient de France et de Grands Orients Etrangers.

Le compte-rendu de cette fête comprend quelques Echelles d'Adoption (cantiques de circonstance), dont certains des auteurs sont effectivement des Notabilités Maçonniques :

  • Le nouveau Paradis terrestre, par De Tournay (qui fut Grand Commandeur du Grand Collège des Rites)

  • un cantique du vicomte de Courtivron

  • un cantique de Chartrey (peut-être Denis-Jacques Chartrey, 32e en 1839 ?)

  • Gloire aux Dames, par Paillet (de Plombières) : Julien Paillet ?

  • un cantique de l'avocat Pinet (Orateur de la Chambre Symbolique du Grand Orient en 1838).

Sauf pour le dernier (qui n'a d'ailleurs rien d'un cantique d'Adoption), leur caractéristique commune est leur ton de flatterie paternaliste envers les Soeurs.

Retour au sommaire des chansons diverses du XIXe:

Retour au sommaire du Chansonnier :