Wiegenlied  (Berceuse)

 Cliquez ici pour entendre le fichier midi de cette partition, séquencé par Christophe D.

La Bibliothèque municipale de Lyon détient dans ses collections, sous la cote Bibliothèque municipale de Lyon SJ R.337/1, un exemplaire du recueil de 1782 du périodique dirigé notamment par von Hymmen, Freymaürer-Bibliothek qui en constitue le 2e volume (Zweytes Stück) ; ce recueil est également disponible ici.

Elle nous a obligeamment autorisé à faire usage sur ce site des clichés (crédit photographique Bibliothèque municipale de Lyon, Didier Nicole) qu'elle nous en a fournis, et que nous avons adaptés pour les mettre aux normes du présent site.

Ce recueil contient (pp. 229-234) un Wiegenlied der Freymäurer in Dresden, gesungen nach überstandener Krankheit der halbjährigen Prinzessin des Herzogs von Curland 1780 (Berceuse des Francs-maçons à Dresde, chantée après la guérison de la princesse de Courlande âgée de six mois), dont l'incipit est Sieh ! da schleicht voll Schlummermohnes.

Comme l'indique la note figurant à la dernière page, la musique est du Frère Naumann (Die Musik ist vom Kapellmeister Br. Naumann).  Magvas mentionne ce lied sous la référence 315 et signale que le texte est de Gottfried Ferdinand von Lindemann (1744-1804 ; il est aussi le librettiste de l'Orphée de Naumann).

Le Duché de Courlande 

Le duc de Courlande était à l'époque Pierre von Biron, qui après deux divorces avait épousé en 1779 Anna Charlotte Dorothée von Medem (1761-1821). Mais le premier enfant de ce mariage, Wilhelmine (qui deviendrait la célèbre duchesse de Sagan), est née en février 1781, ce qui ne cadre pas avec la date donnée par le texte.

Mais il y avait un autre duc de Courlande, détrôné en 1763 par Catherine II, et qui vivait en exil à Dresde, la ville de Naumann, où il était précisément le protecteur des Loges de Saxe : Charles-Christian de Saxe (1733-1796), dont la fille Marie-Christine de Saxe était, elle, née en 1779 : c'est manifestement d'elle qu'il s'agit ici.

Merci d'avance à qui voudra bien fournir une traduction de ce texte 

Freimaurer Kantaten & Lieder

Retour au sommaire des chansons diverses du XVIIIe:

Retour aux chansons de Naumann :