Kenn

 

Jean-Joseph Kenn (1757-1840) fut un brillant corniste et un pédagogue. Dauprat fut un de ses élèves.

Le Bihan recense deux Kenn, musicien, en les distinguant par leur prénom : Joseph, membre en 1780 de Saint-Charles du Triomphe de la Parfaite Harmonie et de Sainte-Cécile en 1784, et P., membre en 1786 de la Société Olympique. Pinaud considère qu'il s'agit du même.

Il est désigné comme Frère au programme du concert donné au Grand Orient à l'occasion de la Fête de la Paix du 10 avril 1801.

Voici ce qu'en dit Fétis dans son vol. 5 :

KENN (P.), professeur de cor, né en Allemagne vers le milieu du dix-huitième siècle, se rendit à Paris en 1782, et entra l'année suivante à l'Opéra, pour y jouer la partie de second cor. Lorsque la musique de la garde nationale de Paris fut organisée en 1791, Kenn y entra comme beaucoup d'autres artistes distingués, et à ce titre, il fut compris dans le nombre des professeurs du Conservatoire de Paris, à l'époque où cette école fut instituée ; mais une réforme considérable de ces professeurs ayant été faite en 1802, MM. Domnich et Frédéric Duvernoy furent seuls conservés pour l'enseignement du cor, et Kenn reçut sa démission. Vers la fin de 1808 il se retira de l'orchestre de l'Opéra avec une pension, et il eut pour successeur son élève M. Dauprat. Kenn a été un des meilleurs cors-basse qu'il y ait eu en France. Il a publié : 1° Duos mêlés d'airs pour deux cors, op. 1, Paris, Sieber. 2° Recueil de petits airs pour deux cors, op. 2, Paris, Michel Ozy. 3° Recueil d'airs arrangés pour trois cors, ibid. 4° Trente-six trios pour trois cors en mi bémol, ibid. 5° Douze duos pour clarinette et cor, op. 5, Paris, Sieber. 

Retour à la table chronologique :

Retour à la table alphabétique :