Stärke 

Cliquez ici pour entendre le fichier midi de la 1ère partition (celle de Naumann), séquencé par Christophe D.

Cliquez ici pour entendre le fichier midi de la 2e partition (anonyme), également séquencé par Christophe D. (Les ornements ont été réduits pour la clarté de l'audition)

Merci d'avance à qui voudrait bien fournir une traduction du texte !

La partition de ce lied figure aux pp. 6-7, et le texte aux pp. 8-9, du recueil de Naumann (1782) Vierzig Freymäurerlieder in Musik gesetzt vom Herrn Kapellmeister Naumann zu Dresden. C'est le dernier de l'ensemble des trois qui ouvrent le recueil, et qui sont intitulés Weisheit - Schönheit - Stärke (Sagesse, Beauté, Force).

Nettl dans Mozart and Masonry  émet à son propos (p. 37) l'opinion (discutable ?) suivante :

Naumann's song of strength ("The faith that binds us brothers is more durable than steel") is vaguely similar to Papageno's aria "'Tis love, they say, love only" from the Magic Flute, and possibly it served as a model for Mozart. 

Magvas (au n° 34) date cette composition de 1781/2 et en donne von Hymmen comme parolier. Il en mentionne également une version danoise (profane) en 1785, sous le titre Den Fryd, som ikkun kan bestaae (La joie qui ne peut pas passer).

Die Treue, die uns Brüder band 
Ist dauernder als Erz: 
Mit ihr, umkettet an der Hand, 
Bewassnet sich das Herz. 
Zur Freyheitsfahne schwören wir, 
Und Eintracht ist Panier, 
Das mächtig unsre Seele deckt, 
Wenn Unfall sie erschreckt.

Der Salomonsche Tempel steht
Auf Marmorsäulen fest;
Seht, wie sein Glanz der Majestät
Verächter zittern lässt;
Da wird der Lügengeist verscheucht,
Der angesesselt keucht,
Und in dem finstern Kerker schreyt
Die wilde Sinnlichkeit.

Wer Lorbern sich erkämpfen will,
Sey in der Tugend Held; 
In ungereizten Stürmen still;
Kein Sklave von der Welt: 
Entschlossen zu der grossen That 
Geh' er den sichern Pfad; 
O dann weicht selbst die Höllenbrut 
Vor seinem Löwenmuth.

Der Eid bekräftigt unsern Bund,
Wie feyerlich ist er! 
Drum, Brüder, siegelt euern Mund;
Der Fluch ist sonsten schwer. 
Dem, der bey jedem Stusenschritt 
Gesetze übertritt, 
Und frevelnd sein Gelübde bricht, 
Strahlt nie das starke Licht.

 

On trouve le même texte, avec le même titre, sous le n° 51 aux pp. 168-9 du recueil (qui ne mentionne pas les noms des compositeurs) Vollständiges Liederbuch der Freymäurer mit Melodien. Zweyter Band, Erstes Buch, 1785, mais avec 2 partitions différentes.

La première (pp. 164-5) est la même que celle ci-dessus et est donc de Naumann

La deuxième occupe les pp. 166-7 et ne porte pas de nom d'auteur : 

Freimaurer Kantaten & Lieder

Retour au sommaire de Naumann :

Retour au sommaire du Chansonnier :