Cantique pour le réfectoire des Rose-Croix

Nous ne disposons pas encore de fichier midi pour cette partition de Gaveaux, et serions particulièrement reconnaissant à qui pourrait en établir un.

Cliquez ici pour entendre le début de l'enregistrement de Bernard Muracciole mentionné plus bas.

Ce Cantique (à trois voix) pour le réfectoire des Rose-Croix, avec sa partition originale de Gaveaux, provient du Manuel anacréontique de Grenier en 1806. Comme la plupart des chansons de hauts grades que nous connaissons, il est relatif à celui de Rose-Croix.

Aux pp. 62-5 on trouve des parts instrumentales pour un accompagnement par 2 Clarinettes et Basson.

Grenier en a repris le texte l'année suivante aux pp. 46-8 de son Code Récréatif des Francs-Maçons, sans la partition mais en renvoyant au Manuel anacréontique. Au moment où Bernard Muracciole préparait son CD-livre Chants maçonniques des Hauts Grades, nous ne disposions pas encore de la partition ci-dessous, et c'est donc seulement ce texte que nous avions pu lui communiquer ; il y avait alors adapté une musique de sa propre composition.

On remarquera l'incipit Puissant fils du très haut qui place ce cantique dans la ligne de la tradition chrétienne du grade, tradition qui allait être battue en brèche au long du XIXe (il faut lire à ce sujet l'étude approfondie de Pierre Mollier, Le grade maçonnique de Rose-Croix et le christianisme : enjeux et pouvoirs des symboles). Un autre cantique de la même époque est déjà plus éloigné de cette inspiration.

 

ci-contre : cette médaille (sans doute du XIXe siècle) reprend quelques symboles de ce grade.

 

 

Ci-dessous, la partition à gauche et en vis-à-vis le texte du Code rédréatif.

CANTIQUE

 

POUR LE RÉFECTOIRE DES ROSE-CROIX.

 

N. B. Ce Cantique est inséré au Manuel anacréontique dont il est parlé pag. 9.

 

Chœur.

 

Puissant fils du très-haut, divin sauveur du monde,
Quel bien n'as-tu pas fait en nous donnant tes lois !
C'est en communiquant ta sagesse profonde

Que tu remplis les cœurs de tous les Rose-Croix.
Orné du signe salutaire
Qui fut si rigoureux pour toi,
Dans ces lieux sacrés chaque frère
Te jure une éternelle foi.
Aussi plein d'assurance
En tes divines lois, 
Il a sa récompense ;
La rose est sur sa croix.

Chœur.

Puissant fils, etc.

Grand Dieu ! comment te méconnaître?
Notre emblème est le Pélican,
A ses petits il donne l’être,
El pour eux il verse son sang.
Que la reconnaissance
Guide toujours nos pas,
La froide indifférence
N'appartient qu'aux ingrats.

Chœur.

Puissant fils, etc.

Parmi les vertus magnanimes
Aimons sur-tout la charité,
Sans doute en suivant leurs maximes,
L'homme fait preuve de bonté.
Il chérit ses semblables,
Il compatit pour eux ;
Mais les cœurs charitables
Servent les malheureux.

Chœur.

Puissant fils, etc.

Couronnons cette auguste fête
Par le signal de l'amitié,
Que chacun, l'âme satisfaite,
Par lui soit à jamais lié.
Que trois fois il répète,
En élevant sa voix :
Félicité parfaits
A tous les Rose-Croix
.

Chœur.

Puissant fils, etc.

Retour au sommaire du Manuel anacréontique :

Retour au sommaire du Code récréatif :

Copie de Gr00.gif (4742 octets)

Retour aux chansons de hauts grades :