L'Amour, la Paix et la Fraternité

 

Notre source pour ce cantique est une page, aujourd'hui disparue, du musée virtuel qui avait été rendu disponible sur le web par les soins de deux Loges de Caen et qui ne subsiste plus que partiellement.

Après un premier couplet exposant que son thème sera bien celui annoncé par le titre (L'Amour, la Paix et la Fraternité), il consacre avec emphase un couplet à chaque élément de ce triplet :

Il s'agit d'un cantique très moral, très chrétien et plein de bons sentiments, composé pour la Saint-Jean d'hiver 1857 (célébrée avec quelque retard, le jour de l'Epiphanie).

L'Amour la Paix et la Fraternité

CANTIQUE

COMPOSÉ À L'OCCASION DE LA SAINT-JEAN CÉLÉBRÉE

À LA LOGE THÉMIS Orient de CAEN 

LE 6e JOUR DU 11e MOIS DE L'AN 5857.

Ce soir, ici, qui fêtons-nous mes frères ?
Un saint banal ... pris au calendrier ?
En quel honneur faut-il vider nos verres ?
Pour quel béat ? Grégoire ou bien Janvier ?
Oh ! que non pas ! Fidèle au vieil usage,
Le vrai Maçon, dans sa simplicité,
Chante à plein coeur, moins dévot et plus sage,
L'Amour, la Paix et la Fraternité. (bis)

Chantons l'Amour : l'Amour de la Patrie,
L'Amour de Dieu, l'Architecte Divin,
L'amour de l'être à qui l'on doit la vie
L'amour des fleurs et celui du bon vin
Et dans nos rangs, ou règne la franchise
De ces amours le culte est respecté,
Car tout convive a choisi pour devise :
L'Amour la Paix et la Fraternité. (bis)

Chantons la Paix, la douce paix de l'âme,
Pour l'obtenir il est un sûr moyen :
Aimer servir, aider qui nous réclame,
Craindre le mal et rechercher le bien !
A tout Maçon ... ce moyen est facile,
Si dans son coeur, riche de charité,
Il voit briller, rayons de l'évangile,
L'Amour la Paix et la Fraternité. (bis)

Fraternité que de sang sur la terre,
En ton saint nom, par torrents a coulé !
Et le plus pur a rougi le calvaire,
Quand l'homme Dieu pour toi fut immolé !
Martyrs aussi, les Maçons par le monde
Avant le christ, les premiers ont planté
Et fait germer en semence féconde,
L'Amour la Paix et la Fraternité. (bis)

                                                Le Frère E. F.

Retour au sommaire des chansons diverses du XIXe :

Retour au sommaire du Chansonnier :