La Charité envers tous les hommes

 Cliquez ici pour entendre le fichier midi de cette partition, séquencé par Christophe D. 

 Cliquez ici (midi) ou ici (MP3) pour entendre le fichier correspondant à la partition proposée en alternative

Cette chanson occupe les pages 22 à 27 de la Lyre maçonne pour les travaux et les banquets (1786) de Le Bauld-de-Nans.

Nous ne l'avons encore trouvée dans aucun autre chansonnier.

Comme c'est souvent le cas dans son recueil, Le Bauld développe ici, d'une manière plus discursive qu'il en est généralement pratiqué dans le chansonnier français, des idées (ici, la philanthropie, assimilée à une composante du civisme) qui sont à la base de la philosophie maçonnique au XVIIIe.

La partition mentionne que, comme pour plusieurs autres chansons de ce recueil, la musique est l'oeuvre de Concialini. Mais aussi qu'on peut la chanter sur l'air de la plus célèbre chanson de tout le chansonnier francophone, Frères et Compagnons de la Maçonnerie.


 

          

 

  

la

CHARITé

envers

ToUS LES HoMMEs.

 

 

 

Homme insensble & vain,
Toi, de qui l'or fait l'ame,
Que ton cœur inhumain
A notre voix s'enflamme.
N'éloigne plus de toi
L'infortuné qui te peint sa misère :
De la Nature suis la loi :
Ce Pauvre, . . . c'est ton frere.

 

 

A ce titre sacrê
Tout mortel peut prétendre ;
Par l'erreur enyvré,
Suuvent tu dus l'entendre.
Mais ton cœur agité,
Préfère au jour des fantômes funèbres.
Qui suit l'insensibilité,
Vit au sein des ténèbres.

 

 

Assis sur ton trésor,
Le noir souci te brave :
Tu crois regner sur l'or,
Tu n'en es que l'esclave.
Il verse dans ton sein
L'affreux poison qui dégrade ton être :
Sur ce tyran porte la main :
D'Esclave deviens Maître.

 

 

Fais sortir le bonheur
Du sein de ta richesse ;
Dis un mot, & ton cœur
En jouira sans cesse.
Vers la Divinité
Tu peux porter ton essence mortelle :
Que ton ame à l'Humanité
Cesse d'être rebelle.

 

 

Tu ne les connais pas
Ces plaisirs qu'on éprouve,
En serrant dans ses bras
L'infortuné qu'on trouve.
Pouvoir sécher ses pleurs,
D'un Citoyen enrichir sa patrie ;
Homme insensible, ces douceurs
Sont l'ame de la vie.

 

 

Ne ferme plus ton cœur
Au cri de la Nature ;
Aux loix du Créateur
Cesse de faire injure.
Dans ce Temple sacré
Viens te former sur les amis des hommes ;
Et par nos leçons, éclairé,
Deviens ce que nous sommes.

 

 

Par notre charité,
Servons notre patrie:
Sauvons l'Humanité
Sous le besoin flétrie.
Remplissons les leçons
Que la vertu nous dicte dans ce Temple.
Bons citoyens, vrais Francs-Maçons,
Partout donnons l'exemple.

Retour au sommaire des chansonniers de Le Bauld :

Retour au sommaire du Chansonnier :